fracture ...

Publié le par SYLVIA C

 
 
1956 Divorce puis part pour la guerre d'Algérie.



Une des fractures de Jacques mesrine ...

qui peut ressortir neuf de tout cela .... ????
 
 
 
 

SOURCE : http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d'Alg%C3%A9rie

Guerre d’Algérie

Informations générales
Date 1954-1962
Lieu Algérie
Issue Indépendance de l'Algérie
Belligérants
Front de libération nationale (FLN) (1954-62)
Mouvement national algérien (MNA) (1954-62)

Parti communiste algérien (PCA) (1954-55)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Flag_of_France.svg France (1954-62) Front Algérie française (FAF) (1960-61)
Organisation armée secrète (OAS)(1961-62)


Forces en présence
40 000 460 000 3 000 (OAS)
Pertes
300 000-460 000 morts en très grande partie civils, 1 million selon l'État algérien • 28 500 morts
• 65 000 blessés
• 30 000 à 90 000 morts
harkis
4 000 à 6 000 civils européens
• 100 morts (OAS)
• 2 000 prisonniers (OAS)
Batailles
Bataille d'Alger, Putsch des Généraux, Combat du Fedj Zezoua

La guerre d'Algérie se déroule de 1954 à 1962 et débouche sur l'indépendance de l'Algérie, d'abord colonie française de 1842 à 1848, puis partie intégrante du territoire de la République française.

Cette guerre oppose l'armée française à une guérilla. La doctrine de la guerre révolutionnaire, mettant en œuvre l'arme psychologique est rejetée par le commandement. Elle oppose l'armée française, faisant cohabiter commandos de troupes d'élites (parachutistes, légionnaires), goums marocains (jusqu'à leur dissolution en avril 1956), forces de maintien de l'ordre (gardes mobiles, Compagnie républicaine de sécurité (CRS)), appelés du contingent et supplétifs indigènes (harkis, moghaznis) aux troupes indépendantistes de l'Armée de libération nationale (ALN), branche armée du Front de libération nationale (FLN) d'encadrement politico-administratif (Conseil national de la révolution). Elle se double d'une guerre civile et idéologique au sein des deux communautés, donnant lieu à des vagues successives d'attentats, assassinats et massacres sur les deux rives de la Méditerranée. Côté algérien, elle se traduit par une lutte de pouvoir qui voit poindre la victoire du FLN sur les partis algériens rivaux, notamment le Mouvement national algérien (MNA) et par une campagne de répression contre les harkis soutenant le statu quo du rattachement de l'Algérie à la République française. Par ailleurs, elle suscite côté français l'affrontement entre une minorité active hostile à sa poursuite (mouvement pacifiste), une seconde favorable à la révolution (les « porteurs de valises »), et une troisième ralliée au slogan de l'« Algérie française » (Front Algérie Française, Jeune Nation, Organisation armée secrète (OAS)).

Cette guerre s'achève à la fois sur la proclamation de l'indépendance de l'Algérie le 5 juillet 1962 lors d'une allocution télévisée du général de Gaulle, suite au référendum d'autodétermination du 1er juillet prévu par les accords d'Évian du 18 mars 1962, sur la naissance de la République algérienne le 25 septembre et sur le départ du million de Français vivant en Algérie.

L'histoire de cette guerre conserve de nombreux aspects inconnus, les archives de cette époque étant loin d'être toutes accessibles[1].

 

Commenter cet article

LOUANCHI 11/10/2013 09:43

HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après
24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200
harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société
française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude
Honnorat.

Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian
n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

Monique 18/07/2009 18:52

Rien a dire parce que trop a dire... Les guerres ...leurs buts ?
Jamais rien compris... Une affaire d'hommes - le désespoir des femmes.
- Sûrement que l'on revient différent devant l'atrocité de l'homme envers l'homme.
Horreurs commises - Horreurs subies tout est affaire de clans.
Des hommes trops jeunes et non agguerris ont du moralement "morflé"
Bonne continuation...

PAT 16/07/2009 12:09

oh lalala tu m'etonnes mais quelle horreur