le petit oiseau ...

Publié le par SYLVIA C

 
« Le seul crime que je ne me suis jamais pardonné a été celui de ce petit oiseau aux reflets bleus que j’avais abattu dans notre jardin à l’âge de treize ans. Car je l’avais tué par bêtise, lui qui n’avait commis pour seule faute que de me bercer de son chant. C’est le seul remord que j’ai connu, aussi abominable que cela puisse paraître.
 
» (L’instinct de mort, Jacques Mesrine, Editions J.C. Lattès)

Commenter cet article

Monique 18/07/2009 18:33

Une douce pensée pour un oiseau
Des remords sur un acte plus enfantin que méchant
Un communiant au visage d'ange, un beau brassard plein de promesses
Un visage doux ... mais qui semble interroger le pourquoi de la cérémonie.
... J'ai détesté toutes mes communions. Pourquoi ?
Peut-être pour les même raison que ce petit jeune homme.
Toutes ces cérémonies "imposées"... le début de nos révoltes ??

PAT 14/07/2009 12:25

il était beau gosse

PAT 13/07/2009 16:09

je pense que ce texte qu'il a écrit voulait dire beaucoup pour lui